13.10.2017, 11:52  

Eliane et Jean-Jacques Dufour fêtent 65 ans de mariage

Abonnés
chargement
Eliane et Jean-Jacques Dufour lors d’une balade à Jussy, immortalisés par leur fille Anne-Catherine Hochstrasser. L’amour qui lie  le couple a été dès l’origine cimenté par une profonde foi.

 13.10.2017, 11:52   Eliane et Jean-Jacques Dufour fêtent 65 ans de mariage

ROLLE Eliane et Jean-Jacques Dufour, préfet honoraire du district de Rolle, ont célébré en août 65 ans de mariage.

Jocelyne Laurent

jocelyne.laurent@lacote.ch

«On fête l’anniversaire de notre mariage toute l’année!», lance tout sourire Eliane Dufour. Elle et son mari, préfet honoraire du district de Rolle, ont célébré le 5 août dernier les 65 ans de leur union. Jean-Jacques Dufour, avec une précision toute scientifique, honneur à sa formation, dévoile le nombre exact de jours passés ensemble. «Nous avons vécu 23725 jours de soleil», glisse-t-il un brin taquin à l’adresse de son épouse. «Il...

Jocelyne Laurent

jocelyne.laurent@lacote.ch

«On fête l’anniversaire de notre mariage toute l’année!», lance tout sourire Eliane Dufour. Elle et son mari, préfet honoraire du district de Rolle, ont célébré le 5 août dernier les 65 ans de leur union. Jean-Jacques Dufour, avec une précision toute scientifique, honneur à sa formation, dévoile le nombre exact de jours passés ensemble. «Nous avons vécu 23725 jours de soleil», glisse-t-il un brin taquin à l’adresse de son épouse. «Il plaisante! Cela aurait été d’une monotonie et tout sec», répond-elle.

 


"Nous sommes des humains comme les autres. Il y a eu des pluies, des orages, des éclairs, des vents et des tempêtes"


«Nous sommes des humains comme les autres. Il y a eu des pluies, des orages, des éclairs, des vents et des tempêtes, ajoute le Rollois, né à Mont-sur-Rolle. Nous sommes issus de deux familles aux caractères bien trempés.»

Un des fruits de cette dynamique union est une descendance qui fait leur fierté: trois filles, cinq petites-filles et six arrière-petits-enfants. «Ce sont quatorze perles à notre collier», affirme Jean-Jacques Dufour. Face au chemin parcouru, le couple porte un regard empli de reconnaissance.

Ode à la vie

Tous deux mélomanes, ils sont prêts à entonner, dans le sillage de Violeta Parra: «Merci à la vie qui m’a tant donné.» «Nous avons eu une vie captivante: nous sommes des privilégiés et avons eu beaucoup de chance. La vie est un don, ni un dû ni un droit», estime Jean-Jacques Dufour.

Un sentiment qui doit beaucoup à la foi qui les anime et qui s’est inscrite en filigrane de leur union, en lui donnant une dimension supplémentaire. Leurs deux pères étaient pasteurs. «Ils ont béni tous les deux notre mariage, explique fièrement Jean-Jacques Dufour. Et, lors de l’anniversaire de nos 65 ans, c’est notre fille Anne-Catherine, qui est pasteure, qui a fait un culte de bénédiction à notre intention.» Tout un symbole pour le couple qui a, notamment, concrétisé sa foi en participant à la création de la paroisse de Monbrillant, à Genève, et à la construction de l’église éponyme.

 


"Nous avons eu une vie captivante: nous sommes des privilégiés et avons eu beaucoup de chance"


C’est d’ailleurs à Genève, dans un cadre spirituel, qu’ils se sont rencontrés. La jeune Eliane Secrétan accompagnait une amie à un groupe universitaire biblique. Jean-Jacques Dufour le présidait et dirigeait également le chœur. Lors d’un camp de ski à la Mainaz, au col de la Faucille, ils se rapprochent. «Il y avait là une charmante jeune fille que je ne connaissais pas. Dans la famille, on est autant mélomanes que montagnards. Je lui ai montré la chaîne des Alpes et il y a eu une étincelle qui s’est produite entre nous», raconte joliment Jean-Jacques Dufour.

Un an aux Etats-Unis pour Ciba

Eliane Dufour souligne qu’à l’époque de leur rencontre, le sort des jeunes hommes et des jeunes filles était bien différent en matière de formation: «A l’époque, où l’on payait une école ou un trousseau.» La jeune femme n’a pu suivre qu’une formation accélérée de nurse pendant un an.

Pendant ce temps, son futur mari gravissait les échelons universitaires: après une école de mécanique, puis le technicum, à Genève, il entreprend des études de biologie qui se terminent par un doctorat. «J’ai eu une chance extraordinaire d’avoir à mes côtés une épouse qui m’a permis de me réaliser professionnellement», relève-t-il. Sa formation de pharmacologue conduit la famille à s’établir à Bâle et même aux Etats-Unis, jouissant alors d’un niveau de vie qui est à l’origine du sentiment qu’éprouve le couple, aujourd’hui, d’avoir été privilégié.

Un préfet mélomane, à l’origine de L’Evir et du Conservatoire de Rolle

De retour en Suisse, la famille s’installe à Genève puis à Rolle, dans la maison familiale. Et c’est là que débute l’engagement sans faille du Rollois pour la région et sa défense du Cœur de La Côte. Libéral, il siège un an durant au Conseil communal de Rolle. Des collègues de parti lui suggèrent alors de faire ses offres au poste de préfet du district de Rolle qui était à repourvoir. «Je n’ai jamais pensé que je deviendrai préfet aprèsavoir mené une carrière de scientifique», dit-il. Il le sera 14 ans durant pourtant, contribuant à faire rayonner la région, tant sur le plan politique que culturel.


«Derrière chaque grand homme se cache une femme»


En 1978, il fonde avec des amis l’Ensemble vocal et instrumental de Rolle (EVIR) qu’il dirigera durant quatre ans. En 1980, il crée le Conservatoire de Rolle, rejoint par la suite par Gland, puis Nyon, avant de devenir le Conservatoire de l’Ouest vaudois. Un nom qu’il avait alors imposé contre une identité trop nyonnaise. Pendant ce temps, son épouse œuvre en tant que secrétaire médicale dans un cabinet à Rolle, tout en s’adonnant à sa passion pour la peinture.

Arrivés à l’âge de la retraite, les Dufour ne se reposent pas pour autant sur leurs lauriers. Et construisent, au contraire, une œuvre commune à laquelle ils consacrent six ans de leur vie: un ouvrage sur la généalogie des Dufour. Pour ce faire, Eliane Dufour se met à l’informatique à l’âge de 69 ans. «Derrière chaque grand homme se cache une femme», dit l’adage...


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top