31.07.2018, 16:44

Affaire Benalla: Edouard Philippe accuse l'opposition de chercher l'immobilisme

chargement
Le Premier ministre Edouard Philippe a souligné que "la démocratie a fonctionné".

Affaire Bennala Alors que le premier ministre Edouard Philippe est sommé de s'expliquer sur une atteinte présumée aux institutions, il maintient que les agissements d'Alexandre Benalla étaient l'affaire d'une "faute individuelle" et accuse l'opposition d'appeler à l'immobilisme.

Le gouvernement d'Edouard Philippe a aisément surmonté mardi une motion de censure de l'opposition dans l'"affaire Benalla". Les sanctions ont été prises, a-t-il déclaré, et l'opposition ne fait qu'attaquer les réformes d'Emmanuel Macron.

Pour la première fois du quinquennat, le gouvernement faisait face à deux motions de censure - l'une portée par Les Républicains (LR), l'autre par La France insoumise, le Parti socialiste et le Parti communiste. Elles avaient trait aux agissements de l'ex-chargé de mission de l'Elysée Alexandre Benalladurant la manifestation du 1er Mai à Paris, révélés le 18 juillet par Le Monde. La première motion, votée par 143 députés, a été rejetée. La seconde, votée par 74 élus, a subi le même sort.

L'"affaire" aux ramifications administratives, judiciaires et politiques a fragilisé le chef de l'Etat, coupable selon l'opposition d'une gestion erratique et opaque, déstabilisé une majorité jusqu'ici omnipotente et ragaillardi une opposition atone qui est parvenue à provoquer le report d'un des chantiers phares d'Emmanuel Macron - la réforme de la Constitution.

Le gouvernement n'était en rien menacé par l'activation de l'article 49-2 de la Constitution puisque Les Républicains, avec 103 députés, et la gauche, avec 63 élus, ne pouvaient atteindre la majorité requise des 289 voix. La République en Marche, à elle seule, est forte de 312 députés.

"Esprit clanique"

L'opposition veut croire que ce rappel à l'ordre avant la fin de la session parlementaire et les vacances mettra au jour ce qu'elle présente comme "un très long catalogue de privilèges d'un autre âge" et "les dérives que produit un régime hyper-présidentialiste". "Les Français constatent aujourd'hui - et c'est une trahison pour eux - que la République des copinages malsains, elle n'est pas ici, elle de l'autre côté de la Seine, à l'Elysée", a lancé Christian Jacob (LR).

 

 

"L'esprit clanique qui anime le sommet de l'Etat est contraire aux exigences de la culture républicaine", a déclaré pour sa part André Chassaigne (GDR), accusant les élus de la majorité, qui dénoncent une "instrumentalisation politique", d'être les "intestins silencieux de la bouche élyséenne".

Même de circonstance, la coalition de la droite et de la gauche a réitéré d'une même voix sa détermination à s'opposer avec force à la rentrée à la révision constitutionnelle, dont elle juge qu'elle affaiblit les pouvoirs du Parlement.

"Motions de blocage"

Pour le Premier ministre Edouard Philippe, l'opposition n'a pour but que d'atteindre le chef de l'Etat" et "ralentir le rythme de la transformation du pays". Le Premier ministre a défendu l'attitude de l'exécutif - "ce qui devait être fait l'a été" - et renvoyé droite et gauche à leur inertie supposée, dans le dossier des sondages de l'Elysée en 2010, sous Nicolas Sarkozy, et dans l'affaire Cahuzac en 2012 sous François Hollande.

 

 

"De notre côté, nous n'avons, ne vous en déplaise, jamais prétendu être infaillibles", a poursuivi Edouard Philippe, réaffirmant que les écarts d'Alexandre Benalla étaient "l'affaire de fautes individuelles, de compromissions insidieuses et de petits arrangements" dans une mise en cause directe de la préfecture de police de Paris.

"Les faits apparaissent désormais clairement", a-t-il avancé. "Ils ne permettent à personne de parler de dérive monarchique ni d'impunité". "Les événements du 1er Mai ne disent rien de la présidence d'Emmanuel Macron", a-t-il martelé.

"Vos motions de censure ne sont rien d'autre que des motions de blocage", a dit le Premier ministre, soulignant que le gouvernement n'avait "nullement l'intention de ralentir". "Nous ne lâcherons rien, nous irons jusqu'au bout de notre projet."

ATS

Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

ProcédureFrance - Affaire Benalla: Crase, gendarme réserviste présent lors des manifestations, licenciéFrance - Affaire Benalla: Crase, gendarme réserviste présent lors des manifestations, licencié

Affaire Benalla: un gendarme licencié

Un gendarme réserviste, proche d'Alexandre Benalla et présent à ses côtés lors des manifestations du 1er mai, fait...

  31.07.2018 11:59

PolémiqueFrance: Benalla reconnaît avoir "commis une faute"France: Benalla reconnaît avoir "commis une faute"

FranceFrance: le bureau d'Alexandre Benalla à l'Elysée perquisitionnéFrance: le bureau d'Alexandre Benalla à l'Elysée perquisitionné

ResponsabilitéFrance: Emmanuel Macron sort du silence et se déclare le seul responsable dans l'affaire BenallaFrance: Emmanuel Macron sort du silence et se déclare le seul responsable dans l'affaire Benalla

Top