06.12.2017, 22:57  

Départ retardé pour les navettes autonomes

Abonnés
chargement
Initialement prévue dans trois jours, la mise en circulation des navettes autonomes de Cossonay est reportée afin de peaufiner quelques détails techniques.

 06.12.2017, 22:57   Départ retardé pour les navettes autonomes

COSSONAY Les véhicules sans chauffeur ne s’inviteront pas dans les rues dimanche. Les MBC assument cet ajournement.

Les navettes autonomes n’accueilleront pas leurs premiers voyageurs dans trois jours, comme prévu initialement. «Nous souhaitions qu’elles soient mises en circulation dès le 10décembre, le jour même du changement d’horaire. C’est dommage, mais nous préférons reporter cette date afin d’être prêts à 100% le jour du lancement...

Les navettes autonomes n’accueilleront pas leurs premiers voyageurs dans trois jours, comme prévu initialement. «Nous souhaitions qu’elles soient mises en circulation dès le 10décembre, le jour même du changement d’horaire. C’est dommage, mais nous préférons reporter cette date afin d’être prêts à 100% le jour du lancement de la phase test», commente François Gatabin, directeur des Transports de la région Morges Bière Cossonay (MBC). S’il ne précise pas le jour exact du début des opérations, il se veut rassurant: «Nous comptons le report en semaines, et non en mois.»

A l’heure actuelle, un certain nombre de questions sont encore en suspens, notamment celle du parcours de l’une des navettes. Le tracé a dû être revu en raison d’une rampe mesurée à 14% alors que ces véhicules peuvent assumer une montée jusqu’à 12% seulement. «Nous avons dû repenser à un autre itinéraire. Ce sont des choses qui font partie des aléas et c’est pour cela que nous y travaillons.»

«C’est un peu le chenit»

Au-delà de ces considérations, les habitants de Cossonay, témoins des sorties ponctuelles des navettes, se posent des questions. Alors que certains s’extasient devant les petits véhicules verts, d’autres sont plus dubitatifs. «C’est un peu le chenit, explique l’un d’eux. Un jour, la navette s’est arrêtée en plein milieu de la route alors qu’elle avait la priorité sur une voiture qu’elle a aperçue à un “cédez le passage”. Elle met bien dix secondes à se remettre en route. Aux heures de pointe, c’est embêtant.»

«Il est vrai que cela nécessite une cohabitation nouvelle avec la circulation, répond François Gatabin. Ce que les habitants de Cossonay voient, ce sont les paramétrages et non les tests», tient-il à préciser. Concrètement, les navettes ont besoin d’un temps d’adaptation pour apprendre les subtilités de leur itinéraire. «Elles doivent pouvoir faire la différence entre une voiture qui force le passage et un véhicule qui respecte la priorité.»

Du côté de Sion, qui voit circuler des navettes autonomes depuis plus d’un an, le bilan est réjouissant. «Nous n’avons pas dû retarder leur mise en service. Mais évidemment, cela nous a pris du temps pour nous mêler au trafic. Car si cette technologie est déjà très développée, l’exploitation des bus automatisés reste, elle, encore à ses débuts, explique Urs Bloch, porte-parole de CarPostal, qui exploite les engins. Jusqu’à aujourd’hui, les “Smartshuttles” ont transporté plus de 32000 personnes à travers le centre-ville.» Toujours en phase test, CarPostal espère pérenniser cette offre et l’inscrire définitivement dans la liste des transports sédunois. Un exemple de continuité auquel aspire François Gatabin: «Les voyants ne sont pas au rouge, il s’agit d’un simple report dans l’agenda.»


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top