29.10.2018, 20:55

Marchissy: une mère d’un jeune adulte autiste et déficient mental souhaiterait une meilleure reconnaissance du statut de proche aidant

Premium
chargement
Anne-Claude Moix et son fils Thomas, une complicité vécue au quotidien.

Journée des proches aidants Proche aidante de son fils autiste et souffrant d’une déficience mentale, Anne-Claude Moix n’hésite pas à égratigner les bons sentiments entourant la Journée des proches aidants.

«Merci aux proches aidant(e)s, le 30 octobre, c’est votre journée!» «Et le reste de l’année?, rétorque Anne-Claude Moix, que fait-on pour eux, pour leurs besoins spécifiques? Journée des proches aidants, de qui se moque-t-on? Que les politiques n’essaient pas de nous faire croire qu’ils veulent les accompagner par une journée dédiée, par une exposition itinérante, par une grande campagne d’affichage. C’est du vent et les proches aidants méritent vraiment mieux….», s’insurge-t-elle. 

Mère d’un enfant...

À lire aussi...

Santé«Une personne sur sept est un proche aidant»«Une personne sur sept est un proche aidant»

Top