26.07.2018, 17:34

Valais: neuf mois de prison avec sursis réclamés contre Dominique Giroud

chargement
L'arrivée au Palais de justice de Sion de Me Sakkas et Oberson, les défenseurs de Dominique Giroud.

JUSTICE Le Ministère public valaisan reproche la fraude et l’escroquerie fiscales au négociant en vins pour les impôts cantonaux et communaux. La défense demande l’acquittement. Le verdict tombera ultérieurement.

Déjà condamné à 180 jours-amende dans le canton Vaud pour fraude fiscale à l’impôt fédéral direct, puis en Valais pour la soustraction de 300 000 francs de TVA, l’encaveur Dominique Giroud était jugé jeudi par le Tribunal de Sion, cette fois pour les impôts communaux et cantonaux.

Le Ministère public valaisan lui reproche ici, en plus de la fraude fiscale, l’escroquerie dans le même domaine. Il estime que le jugement prononcé en juillet 2014 par la justice vaudoise - 180 jours amendes (à 300 francs) avec sursis - ne se prononçait pas sur les questions fiscales cantonales et communales de Dominique Giroud qui concerne un montant d'environ 8 millions de francs entre 2008 et 2009. Le Ministère public réclame, pour cela, une peine de prison avec sursis de neuf mois. Pour arriver à ce total, le procureur Nicolas Dubuis a tenu compte de l'ensemble des infractions constatées jusqu'ici si toutes les affaires avaient été jugées en une seule fois, soit quinze mois auquel il a déduit les six mois déjà infligés au canton de Vaud.

En parrallèle, l'administartion fédérale des contributions, présente au procès, réclame 300 jours-amende avec sursis et une peine pécuniaire complémentaire de 18 000 francs pour escroqueries en matière de contributions. Elle estime que la société Giroud Vins a soustrait plus d'un million de francs à l'impôt anticipé toujours pour les exercices 2008 et 2009.

A lire aussi: Dominique Giroud de nouveau devant le juge

Organisé dans la salle dite de «la chapelle» au palais de justice, ce procès était suivi par une demi-douzaine de médias. Face au juge Christian Zuber, pas de trace de l’accusé, une nouvelle fois absent. Il est représenté par deux avocats, Me Yannis Sakkas, ainsi qu’un ténor du droit fiscal, Me Xavier Oberson, professeur de droit fiscal à l’Uni de Genève et membre du comité scientifique de l’Association fiscale internationale.

«On assume, monsieur Giroud»

Face à eux, un procureur général valaisan très affûté. Dans son réquisitoire, Nicolas Dubuis a évoqué «la pirouette de Dominique Giroud qui demande à ne pas comparaître et qui n’a jamais fait montre de regret».

Et le magistrat de lancer devant la place laissée vide par l’accusé: «Si on admet une infraction, on assume monsieur Giroud! En 2016, ce dernier a admis devant moi les faits qui lui sont reprochés. Il doit être très sévèrement sanctionné en raison des montants élevés en jeu et du système mis en place.» Regrettant une nouvelle fois l’absence du négociant en vins à son procès, le procureur général a déclaré: «J’aurais voulu demander à Dominique Giroud pourquoi dit-il que son épouse est propriétaire de leurs biens immobiliers, alors que c’est lui qui en assume les dettes.»

Quant au représentant de  l’AFC Emmanuel Lauber, chef de la division des affaires pénales, il a parlé d’affaire grave, de tromperie et notamment de dividendes cachés et rappelé que Dominique Giroud a agi intentionnellement.

La défense parle d’acharnement

Pour la défense, qui ne conteste pas le comportement fautif de son client, le problème dans ce dossier est «l’acharnement procédural avec cinq procédures et quatre condamnations administratives».

Pour ses avocats, qui demandent l’acquittement pur et simple ou, tout au moins, une peine réduite, Dominique Giroud a déjà été jugé dans le canton de Vaud et ne peut plus l’être une seconde fois pour les mêmes faits.

Me Sakkas, qui dénonce un archaïsme juridique helvétique en ce domaine, rappelle à ce sujet que, dans un premier temps, le Ministère public valaisan s’était désintéressé du dossier, transmettant l’intégralité du dossier au canton de Vaud qui a depuis tranché.

«Un véritable malaise»

Me Oberson a enfoncé le clou en citant différents arrêts européens, allant jusqu’en Norvège. «Ce procès suscite un véritable malaise. Il n’est pas normal qu’une personne soit punie plusieurs fois pour le même comportement. Il y a manifestement violation du principe «ne bis in idem» à la lumière de la Cour européenne des droits de l’homme.»

Sur ce thème central, le procureur Dubuis relève que l’accusé doit bel et bien être encore jugé pour d’autres faits que ceux retenus dans le canton de Vaud. «Ce canton voisin ne pouvait pas punir Dominique Giroud pour infraction à la loi fiscale valaisanne.» Car pour le Ministère public, si les infractions concernent la même déclaration fiscale, il s’agit de deux impôts différents (cantonal et fédéral). Et Emanuel Lauber de l’appuyer en soulignant que «différentes sociétés sont concernées pour des infractions distinctes, ce qui explique les diverses procédures».

Il n’empêche, pour Me Oberson, le tribunal doit aussi tenir compte du fait que «l’accusé doit aussi faire face à une sanction médiatique décuplée, car à chaque procédure, cette affaire refait la une de l’actualité». Et Me Sakkas de surenchérir: «Ce dossier est devenu complètement fou, il y a eu lynchage de la part de certains médias. Or, il s’agit simplement d’un homme qui n’a pas déclaré tous ses revenus au fisc.»

Le jugement sera rendu par écrit aux parties "dans les plus brefs délais" a dit le juge.


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

TélévisionLe toutou d’un Saint-Preyard débarque sur les écrans suissesLe toutou d’un Saint-Preyard débarque sur les écrans suisses

sociétéLe Conseil fédéral veut faciliter les procédures pour les personnes qui souhaitent changer de sexeLe Conseil fédéral veut faciliter les procédures pour les personnes qui souhaitent changer de sexe

JusticeL’interdiction d’entrée en Suisse d’un djihadiste présumé est annuléeL’interdiction d’entrée en Suisse d’un djihadiste présumé est annulée

SantéInitiative contre la publicité pour le tabac: le Conseil fédéral recommande son rejetInitiative contre la publicité pour le tabac: le Conseil fédéral recommande son rejet

AnniversaireCentrale nucléaire: il y a 50 ans, le premier réacteur de Beznau entrait en serviceCentrale nucléaire: il y a 50 ans, le premier réacteur de Beznau entrait en service

Top