18.07.2019, 00:01

La symphonie de la terre

Premium
chargement
Au cœur de cette arène de 20 000 places, un poème spectaculaire et parfois grandiloquent, composé d’une vingtaine de tableaux.
Par Thierry Raboud

VEVEY Portée par le peuple fervent de ses figurants, la première Fête des vignerons du troisième millénaire est un spectacle technologique et total, long comme un rêve embarrassé de ses racines. Notre critique.

Ce n’est pas une Fête, c’est un barnum céleste. Une bacchanale dédiée aux humbles qui élèvent la terre et nous en font boire la sève. Un hymne démesuré offert à la simplicité. Oui, tout dans ce spectacle appelle l’oxymore, ce mariage des contraires d’où naît le poème. Nous en avons vu les deux pré-générales nocturnes, ce fut un long...

Top