16.12.2018, 09:31

Les Suisses aiment leur sapin de Noël: près de 1,5 million d’arbres vendus

chargement
Contrairement aux sapins en plastique, les arbres de Noël naturels présentent un bilan carbone neutre.

Tradition de Noël Le sapin de Noël a toujours la cote auprès des consommateurs suisses, en particulier le Nordmann. Plus de la moitié des arbres viennent de l’étranger. En Suisse, 600 hectares sont consacrés aux sapins de Noël.

Les Suisses tiennent à leur sapin de Noël. Entre 1,2 et 1,4 million d’arbres sont vendus chaque année. Plus de la moitié vient de l’étranger. Le 40 à 45% restant provient de pépinières locales, exploitées par près de 500 agriculteurs et entreprises forestières.

De novembre à fin décembre, cela représente pas moins de 500’000 sapins coupés sur le sol suisse qui viendront trôner dans les salons à travers tout le pays. Le Nordmann est le plus apprécié des Suisses: il représente un arbre vendu sur trois.

On en fait pousser aussi chez nous, mais l’espèce la plus répandue localement est l’épicéa ou sapin rouge (20%). Il est avantageux à l’achat, mais sa conservation est relativement limitée.

En Suisse, 600 hectares sont consacrés aux sapins de Noël. La majeure partie pousse en plein champ et seule une petite partie provient d’éclaircies en forêt ou de parcelles sous des lignes électriques, selon ForêtSuisse, l’association des propriétaires forestiers.

Il faut aussi savoir que les sapins de Noël sont une affaire à long terme pour les producteurs. Les arbres poussent en effet pendant sept à dix ans avant d’être récoltés.

L’avantage de l’arbre local

Les producteurs suisses ont un avantage certain sur les importateurs, grâce à leur récolte précoce. Car s’agissant des sapins de Noël provenant des grandes cultures au Danemark, en Allemagne ou aux Pays-Bas, les arbres sont d’abord entreposés dans des frigos avant d’être exportés.

Leur écoulement ne commence que rarement avant début décembre. 

Bilan carbone neutre

La culture de sapin est généralement réservée à des surfaces où une sylviculture normale n’est pas possible. Pendant les dix ans de croissance, un hectare de culture de sapins de Noël absorbe jusqu’à 145 tonnes de CO2 et produit jusqu’à 105 tonnes d’oxygène.

Et contrairement aux sapins en plastique, les arbres de Noël naturels présentent un bilan carbone neutre: leur combustion ou leur compostage ne libère pas plus de CO2 que les arbres n’en ont transformé durant leur croissance.

ATS

Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

EnvironnementDécos de Noël: l’empreinte carbone d’un sapin artificiel est jusqu’à dix fois supérieure à celle d’un sapin naturelDécos de Noël: l’empreinte carbone d’un sapin artificiel est jusqu’à dix fois supérieure à celle d’un sapin naturel

SantéC’est lors du réveillon de Noël, à 22 heures, que le risque de crise cardiaque serait le plus élevéC’est lors du réveillon de Noël, à 22 heures, que le risque de crise cardiaque serait le plus élevé

Top