23.01.2018, 17:15

Presse suisse: les journalistes de l'ATS en grève pendant trois heures

chargement
1/2  

Presse Mardi après-midi, l'Agence télégraphique suisse (ATS) a connu une grève de trois heures. Pendant ce laps de temps, les journalistes ont produit un service minimum, en réaction aux mesures de restructuration qui touche l'agence.

Les journalistes de l'Agence télégraphique suisse (ATS) ont observé mardi après-midi une grève d'avertissement de trois heures. Ils exigent des négociations ouvertes sur la suppression de 36 postes à plein temps sur 150 au sein de la rédaction.

Jusqu'à présent, la direction ne s'est montrée prête à négocier que sur une des cinq revendications du personnel, indiquent les syndicats Syndicom et Impressum dans un communiqué commun. Selon les employés, le démantèlement s'opère de façon précipitée avant la fusion de l'agence avec Keystone. Au total, 80 personnes sont concernées.

Le personnel estime particulièrement grave que la direction ne puisse indiquer aucune stratégie fiable pour maintenir le volume et la qualité des prestations de l'agence de presse après la restructuration annoncée. Les propositions de la commission du personnel ne sont pas prises en compte.

Des recherches ont montré, selon les syndicats, que l'entreprise dispose de plus de 19 millions de francs de réserves qui doivent être distribuées principalement aux actionnaires. Les employés exigent que l'argent disponible soit utilisé pour atténuer les mesures de démantèlement.

La direction ouverte au dialogue

La direction a dit comprendre l'insatisfaction des collaborateurs et jugé leur action légitime. Interrogé sur d'éventuelles nouvelles concessions, le directeur Markus Schwab est prêt à évaluer les nouvelles propositions de la commission des rédacteurs. Celles-ci ne lui étaient toujours pas parvenues mardi en début de soirée, a-t-il précisé.

"Je peux imaginer que nous trouvions d'autres arrangements quant au plan social. La porte est ouverte, elle l'a toujours été". Néanmoins, "l'enveloppe de 2 millions de francs qui est prévue ne devrait pas changer", selon le directeur.

Résolution adoptée

Au terme de la grève, suivie massivement, les journalistes ont voté à l'unanimité une résolution adressée à la direction et au conseil d'administration dans laquelle ils maintiennent leurs revendications. Ils exigent de connaître les chiffres qui justifient la suppression des postes et n'excluent pas la possibilité de prendre d'autres mesures de lutte.

Le mouvement de grève a reçu le soutien notamment du Parti socialiste suisse. Le parti demande au Conseil fédéral de sauver le service public fourni par l'ATS. "La Confédération ne doit pas subventionner indirectement les grandes maisons d'édition mais fixer les conditions cadres pour un journalisme de qualité", écrit le PS.

Le PS genevois et SolidaritéS ont aussi affirmé leur soutien à la rédaction de l'agence de presse. Le Conseil exécutif bernois s'intéresse également à la situation de l'ATS. Il a pris connaissance de la situation et de la lettre de la rédaction dans sa séance de mardi matin.


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

MédiasCrise de la presse: l’ats se restructure et supprime jusqu’à 40 postes sur 180Crise de la presse: l’ats se restructure et supprime jusqu’à 40 postes sur 180

Top