27.11.2018, 07:48

Si les Suisses devaient voter, ils refuseraient le Pacte des Migrations de l’ONU

chargement
Pour 46% des personnes interrogées, la Suisse ne devrait pas soutenir le Pacte des Migrations de l'ONU.

Sondage Selon un sondage, les Suisses seraient contre (46%) le Pacte des Migrations des Nations Unies. Ce dernier aurait pour but de définir des critères harmonisés pour une migration ordonnée.

Si les Suisses devaient voter sur le Pacte des Migrations aujourd’hui, il serait rejeté, selon un sondage. Celui-ci confirme également largement l’évaluation du dimanche de votation.

Pour 46% des personnes interrogées, la Suisse ne devrait pas soutenir le Pacte des Migrations de l’ONU. 41% ont répondu «oui» ou «plutôt oui» à cette question et 13% n’ont pas d’avis, selon un sondage de Tamedia publié mardi.

 

 

La campagne de l’UDC pour son initiative dite d’autodétermination n’était pas crédible, estiment 41% les sondés. Un quart d’entre eux ont apprécié le nouveau style du parti et pour 12%, le parti a été trop sage. Finalement, 22% n’ont pas donné leur avis.

Le sondage a également confirmé que cette initiative n’a réussi à convaincre que les partisans de l’UDC. Ceux des autres grands partis ont largement voté «non».

 

 

Les résultats sont basés sur les réponses de 9120 participants, dont 7393 de Suisse alémanique, 1347 de Suisse romande et 380 du Tessin. Ils ont été pondérés selon les variables démographies, géographiques et politiques. Le sondage était accessible en ligne entre vendredi et dimanche.

 

Pacte des Migrations de l’ONU: explications

Le pacte vise à définir des critères harmonisés pour une migration ordonnée. Il s’agit de renforcer l’aide fournie sur place, lutter contre la traite des êtres humains et le trafic des migrants, sécuriser les frontières, veiller au respect des droits de l’homme, au rapatriement et à la réintégration ainsi qu’à l’intégration durable dans le pays d’accueil.

Le catalogue de mesures prévues diverge avec le droit suisse concernant la détention en vue de l’exécution du renvoi ou l’expulsion de mineurs âgés d’au moins 15 ans. La législation suisse l’autorise alors que le Pacte recommande de l’éviter.

Mais le Conseil fédéral a estimé que cela n’empêchait pas l’adhésion puisque chaque Etat peut choisir les mesures qu’il veut utiliser pour atteindre les objectifs. Ces derniers comme les principes directeurs sont eux en parfaite conformité avec la politique migratoire suisse.

ATS

Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

aux urnesVotations fédérales du 25 novembre: le peuple tranche ce dimanche sur les juges, les détectives et les vachesVotations fédérales du 25 novembre: le peuple tranche ce dimanche sur les juges, les détectives et les vaches

Top