Jeux olympiques d'hiver de PyeongChang 2018
 31.01.2018, 18:30

JO 2018: les cinq médailles suisses de l’impossible, ou presque

chargement
Le mandat de ces sportifs suisses: créer la surprise avec des chances relativement faibles.

Espoirs À quel point l’escarcelle suisse sera-t-elle tapissée de médailles après les JO ? Les spectateurs miseront notamment sur des Feuz, Gut, Cologna ou Holdener pour alourdir de quelques métaux lourds la besace du prestige national. Mais qu’en est-il de ces sportifs que l’on n’attend pas ? Ou peu. De ceux qui sont – à l’instar d’un gardien lors d’une séance de tirs au but – des héros s’ils s’illustrent, des humains s’ils échouent. Tour d’horizon.

1. Ramon Zenhäusern: Slalom

En Coupe du monde, il n'était jamais loin. Mais rarement proche. Un genre de Poulidor des «viennent ensuite». Mais ça, c'était avant. Le skieur a connu un début d’année tonitruant avec une victoire ô combien inattendue au salolm parralèle du City Event de Stockholm (décrochant au passage son premier succès en Coupe du monde), et une excellente quatrième place sur la mythique descente de Wengen. «Cela fait quatre ans qu’il nous met des claques aux entraînements», martèle son compatriote Daniel Yule. Il suffira donc de frapper un grand coup pour mettre tout le monde KO.

 

 

2. Simon Ammann : Saut à skis

Et si l’on accrochait déjà la médaille d’or autour du cou du Saint-Gallois ? La logique est (quasi) implacable: aux JO, le sauteur s’impose tous les huit ans. D’abord à Salt Lake City en 2002, puis à Vancouver en 2010. Et les signaux sont au vert. Alors que le sauteur du Toggenburg n'était plus monté sur un podium de Coupe du monde depuis mars 2015, il a pris la troisième place du concours de vol à ski à Bad Mitterndorf, en Autriche, le 13 janvier dernier. Simon Ammann va-t-il survoler l’ «Alpensia Jumping Park» de Pyeongchang ? Un «Alpensia» qui, au passage, comporte huit lettres.

 

 

3. Equipe de Suisse : Hockey

Les meilleurs hockeyeurs de la planète regarderont le tournoi depuis leur canapé puisque la National Hockey League (NHL) refuse de libérer les joueurs. Une première depuis 98. C’est préjudiciable pour le spectacle, c’est certain, mais concrètement, ce n’est pas une mauvaise nouvelle pour la Suisse. Elle devra composer notamment sans Bärtschi, Josi, Niederreiter, Malgin ou Hischier, mais les pertes sont moindres au regard d’équipes comme le Canada ou les Etats-Unis où le contingent regorge de joueurs de NHL. Si l’on ose la comparaison, c’est un peu comme infliger une amende de 10 000 dollars à quelqu’un qui en pèse 1’000. Ça fait donc 9000 raisons d’y croire.

 

©SwissHabs

 

4. Candide Pralong : Ski de fond

Pour le Valaisan, la seule qualification aux JO constitue déjà un exploit en soi. Reste que sur 50 kilomètres, Candide Pralong pourrait (avec un très gros conditionnel) se rapprocher d'un podium. Sans pression, il fonctionnera comme lièvre pour son compatriote Cologna. Non sans cultiver certaines ambitions. «À 27 ans, je ne revivrai certainement pas cette expérience dans quatre, ni dans huit ans. Je vais donc tout mettre en place pour tenter de réaliser quelque chose là-bas, en ne me contentant pas simplement d’y aller», déclarait-t-il dans les colonnes du «Nouvelliste». Autrement dit, le fondeur sera à fond.

 

 

5. Martina Kocher : Luge

Sur le papier (glacé ?), le podium est envisageable. La Bernoise, championne du monde et vice-championne du monde en 2016, rêve de médaille pour sa quatrième participation aux JO (meilleur résultat en 2010 avec une 7e place). Sa plus grande performance en 2017 ? Un 5e rang en Coupe du monde. C’est certainement trop peu, mais Martina Kocher sait se transcender dans les grands rendez-vous. Mais attention. En témoignes les prestations en dent de scies de la lugeuse, la pente du succès est visiblement très glissante.

 

 


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

départJO 2018: Swiss Olympic vise au moins 11 médailles à PyeongChang, Janka qualifiéJO 2018: Swiss Olympic vise au moins 11 médailles à PyeongChang, Janka qualifié

JO 2018: Patrick Fischer, le coach de l'équipe suisse de hockey, laisse Genazzi et Brunner à la maisonJO 2018: Patrick Fischer, le coach de l'équipe suisse de hockey, laisse Genazzi et Brunner à la maison

JO 2018JO 2018: plus de 60% des billets pour Pyeongchang ont été vendusJO 2018: plus de 60% des billets pour Pyeongchang ont été vendus

PhilatélieJO 2018: La Poste imprime un timbre spécial pour les Jeux olympiques de PyeongChangJO 2018: La Poste imprime un timbre spécial pour les Jeux olympiques de PyeongChang

Jeux olympiquesJO 2018: ski ballet, bandy ou ski joëring, ces sports qui ont disparu du programme olympiqueJO 2018: ski ballet, bandy ou ski joëring, ces sports qui ont disparu du programme olympique

Top