06.06.2019, 11:00

Paroles de pendulaires [3/3]: en voiture à Genève, coûte que coûte

Premium
chargement
Ignacio apprécie les belles voitures, mais il s'en passerait volontiers pour ses trajets quotidiens.

Mobilité Vélo, voiture ou transports publics: ces pendulaires témoignent de leur quotidien. Ignacio Figueredo relie quotidiennement Terre Sainte à Genève en voiture. Loin d’être un amoureux de la «bagnole», le Founachu roule pour sa famille.

Pour ceux qui prennent l’autoroute le matin en direction de Lausanne, les interminables ralentissements sur les voies opposées ont tout d’une énigme. Pourquoi tellement de monde s’acharne à vouloir atteindre Genève en voiture alors que l’axe autoroutier semble être totalement arrivé à saturation? Il y a sans doute autant de réponses à cette question que d’automobilistes.

Pour Ignacio Figueredo, habitant de Founex, prendre quotidiennement sa voiture est une obligation dictée par des problèmes...

À lire aussi...

MobilitéParoles de pendulaires [1/3]: le vélo, bon pour la tête et le corpsParoles de pendulaires [1/3]: le vélo, bon pour la tête et le corps

MobilitéParoles de pendulaires [2/3]: le train, du temps libre à cultiverParoles de pendulaires [2/3]: le train, du temps libre à cultiver

Top